LA PART DE L’AUTRE

Une exposition de Katinka Bock et Guillaume Leblon, du 24 mars au 11 juin 2012. en association avec les galeries Jocelyn Wolff, Paris et Projecte SD, Barcelone.                       ◊Exposition  →

Guillaume Leblon. CHARIOT, 2010. Ceramic. 42 x 83,5 x 42 cm

Guillaume Leblon. CHARIOT

Guillaume Leblon. OTTOMAN, 2010. Straw, plaster, clay, sand and clothes. 140 x 69 x 52 cm

Guillaume Leblon. OTTOMAN.

Katinka Bock. Kompass, 2012. Slate and nail. 36x36x2cm

Katinka Bock. Kompass, 2012.

Guillaume Leblon. FISHING FOR STABILITY, , 2010. Iron and plastiline. 80 x 165 x 35 cm

Leblon. FISHING FOR STABILITY

Katinka Bock, Terrassenlandschaft, 2009. leather, glass. 120x90x30 cm. production de la galerie Jocelyn Wolff.

K. Bock, Terrassenlandschaft

Katinka Bock - Guillaume Leblon. WET GROUND, , 2008. limestone, water. 39x80x80cm

Bock – Leblon. WET GROUND

Paillard Centre d’Art Contemporain est heureux de présenter l’exposition La Part de l’Autre de Katinka Bock et Guillaume Leblon du 24 Mars au 11 Juin 2012.

Ces artistes échangent et collaborent souvent dans le travail.  Les deux sont représentés par la Galerie Jocelyn Wolff à Paris, et chacun traite de la notion d’espace indicative d’un extérieur qui s’étend plus loin que le site de l’exposition, bien au-delà des murs, à un paysage naturel sans limites.

Le travail de Guillaume Leblon dans La Part de l’Autre provient en partie de son exposition 2010 Strange form of life à la Projecte SD à Barcelone. Ces œuvres sont décrites comme étant conçus à partir de paysage; un parcours “… où les références évoquant la nature, l’architecture, ou les habitations domestiques sont mélangés.” “Le spectateur se retrouve dans la situation de se promener au milieu d’une énigme».

Dans le texte Conversation avec Guillaume Leblon, il dit, «Mon travail est fait au cours de mes mouvements et de voyages et pas vraiment dans l’atelier, que je considère plutôt comme un réceptacle où la somme de toutes les choses que je collectionne doit être trouvée. Et à la fin de la journée vous allez souvent à son insu dans la direction que vous cherchez. Dans Saint Jacques de Compostelle, par exemple, j’ai parcouru les environs. Et il était dans les environs de Saintiago-de-Compostelle que l’exposition au Kerguéhennec a été définie. J’ai vu des choses dans la campagne -les maisons – qui ont été décisives pour l’exposition “

Le travail de Katinka Bock se concentre souvent sur l’élément inexistant, ce qu’elle peut amener, ce qui a été enlevé ou ce qui manque. Mais nous constatons également une indication de durée – une métamorphose – dans son travail, où l’objet d’art presque nié, l’œuvre devient un acte, une série de modifications. Ce n’est pas une œuvre d’art finie et immobile, mais quelque chose entre les deux, dans la transformation.

Katinka Bock utilise des matériaux naturels: terre, bois, métal, pierre ou de l’eau avec leurs attributs physiques de la vitesse, poids, masse, volume, la tension et l’équilibre.  Le travail de Katinka Bock est exemplaire dans son aspect cinétique.

Après une année chargée d’expositions: « l’Arte Povera » au Carré d’Art de Nîmes, « Une Terrible Beauté Est Née’’, Biennale de Lyon, « Facing the dry dirt », « The Suburban & The Poor farm experiment », Little Wolf, Wisconsin, et à la Fondation Paul Ricard, Paris, et la nomination pour le Prix Marcel Duchamp, Guillaume Leblon enchaîne en 2012 avec l’exposition « Alchimie » à la Fondacio Joan Miró, Barcelone.

Cette année, Katinka Bock a déjà obtenu une résidence à la Villa Médicis à Rome, ainsi que trois expositions personnelles : Rosascape « Les Mots de Demain » à Paris, Musée des Beaux-Arts de Valence, et le Culturgest, Lisboa, Portugal. Elle participera à la Biennale de Rennes cette année.  En 2011 elle a exposé à  « Arte Povera » au Carré d’Art de Nîmes, Köln Skulptur n ° 6, Skulpturenpark Köln et « Une Terrible Beauté Est Née », Biennale de Lyon.

Paillard Contemporary Arts Center is pleased to present the exposition of Katinka Bock and Guillaume Leblon La Part de l’Autre from the 24th of March to the 11th of June.

These artists exchange and collaborate often. Both are represented by the Galerie Jocelyn Wolff in Paris, and each addresses the notion of space indicative of an exterior that extends farther than the site of the exposition, to another part, well beyond the walls, to a natural limitless landscape.

The work of Guillaume Leblon in La Part de l’Autre comes in part from his 2011 exposition entitled Strange Form of Life at Projecte SD in Barcelona. These works have been described as being conceived from landscape; a route “…where references evoking nature, architecture, or the domestic habitat blend.”  “The viewer finds himself in the situation of strolling through the middle of an enigma.”

In the text Conversation with Guillaume Leblon, he says, “My work is made during my movements and travels and not really in the studio, which I regard rather like a receptacle where the sum of all the things I collect is to be found. And in the end of the day you often go unwittingly in the direction that you’re looking for. In Santiago de Compostela, for example, I drove around the environs. And it was in the environs of Saintiago de Compostela that the Kerguéhennec show was defined. I saw things in the countryside – houses — which were decisive for the exhibition.”

The work of Katinka Bock often concentrates on the element missing from a site: what has been removed or what is lacking. But we also find a duration factor, a metamorphosis, in her work, where the art object is almost negated, as the work becomes an act, a series in alteration. It is not a work of art finished and immobile but something in between, in transformation.

Katinka Bock takes natural materials: earth, wood, metal, stone or water with their physical attributes of velocity, weight, mass, volume, tension and balance.  She then uses physical science to set them off one another.  Katinka Bock’s work is uniquely kinetic.

After a year filled with expositions: Arte Povera at the Carré d’Art de Nîmes, Une Terrible Beauté Est Née, Biennale de Lyon, Facing the dry dirtThe Suburban & The Poor farm experiment, Little Wolf, Wisconsin, and at the Fondation Paul Ricard, Paris, and a nomination for the prix Marcel Duchamp, Guillaume Leblon begins 2012 with great force in the exposition Alchemy at the Fondacio Joan Miró, Barcelona.

Since the beginning of this year, Katinka Bock has been awarded a residency at Villa Médicis in Rome and has three personal expositions: Les mots de demain at Rosascape, Paris, at the Musée des Beaux-Arts de Valence, and at the Culturgest, Lisboa, Portugal. She will participate in the Biennale de Rennes this year, a strong follow-up to last year when she exhibited in Arte Povera Carré d’Art de Nîmes, Köln Skulptur #6, Skulpturenpark Köln, Germany and Une Terrible Beauté Est Née, Biennale de Lyon.

Advertisements