Gigante – Géant

Sim Não – Oui Non ◊ 4 avril – 7 juin 2015     <<    english/français     >>

Francisco Tropa. Géant et Purgatoire, 2015 et 2013. Courtesy of the galerie Jocelyn Wolff, Paris. Photo © James Porter

Francisco Tropa. Géant et Purgatoire, 2015 et 2013. Courtesy of the galerie Jocelyn Wolff, Paris. Photo © James Porter

L’énorme géant est maintenant réduit un bas relief, linéaire : un squelette. « Le mot Gigante convoque un attribut de la sculpture, quelque  chose qui se passe en rapport à l’échelle et qui est pour moi une donnée élémentaire, surtout lorsqu’elle est appliquée à  un objet spécial comme celui-ci. Nous sommes – ou nous devenons – la mesure. En d’autres termes, celui qui voit donne  la mesure de ce qu’il voit.»*

«  …je n’en crus pas mes yeux, je ne cessai de regarder et je finis par dire: “Ceci est une oreille. Une oreille aussi grande qu’un homme.” Je regardais de plus près et, en vérite, derrière l’oreille se mouvait encore quelque chose qui était petit a faire pitié, pauvre et débile. Et, en vérité, l’oreille enorme se trouvait sur une petite tige mince, – et cette tige etait un homme! En regardant à travers une lunette on pouvait meme reconnaitre une petite figure envieuse ; et  aussi une petite  âme  boursouflé qui tremblait au bout de la tige. Le peuple cependant me dit que la grande oreille était non seulement un homme, mais un grand homme, un génie. Mais je n’ai jamais cru le peuple, lorsqu’il parlait de grands hommes – et j’ai gardé mon idée que  c’était un infirme à rebours qui avait de tout trop peu et trop d’une chose. » **

* Francisco Tropa, Arénaire 2014.

** Friedrich Nietzsche, Ainsi Parlait Zarathoustra, de la rédemption, Editions C.G. Naumann

 

Advertisements