Lanterne (goutte)

Sim Não – Oui Non ◊ 4 avril – 7 juin 2015     <<    english/français     >>

 Du sablier, nous passons à la clepsydre, ou horloge à eau, qui devient ici une lanterne, et la traduction physique de son tempo est projetée grâce à une construction architecturale qui imite les premiers efforts d’urbanisation.  Temple, tour, place, tous construits par l’homme pour célébrer la nature : la goutte d’eau.

Francisco Tropa. Lanterne (goutte), 2012 - 2013. Courtesy of the galerie Jocelyn Wolff, Paris. Photo © James Porter

Francisco Tropa. Lanterne (goutte), 2012 – 2013. Courtesy of the galerie Jocelyn Wolff, Paris. Photo © James Porter

Francisco Tropa. Lanterne (goutte), 2012 - 2013. Courtesy of the galerie Jocelyn Wolff, Paris. Photo © James Porter

Francisco Tropa. Lanterne (goutte), 2012 – 2013. Courtesy of the galerie Jocelyn Wolff, Paris. Photo © James Porter

Francisco Tropa. Lanterne (goutte), 2012 - 2013. Courtesy of the galerie Jocelyn Wolff, Paris. Photo © James Porter

Francisco Tropa. Lanterne (goutte), 2012 – 2013. Courtesy of the galerie Jocelyn Wolff, Paris. Photo © James Porter

  Francisco Tropa « nie la distinction entre les arts de l’espace (principalement synchronique) et les arts du temps (essentiellement diachronique) rendu célèbre par Gotthold Ephraim Lessing…et suivie plus tard par une certaine pensée moderniste qui prône la nature spatiale pure de la sculpture conçue comme un volume autonome qui à tout moment se manifeste dans sa totalité supposée. De ce point de vue, le travail serait vraisemblablement transparent.»* Et pourtant avec Francisco Tropa, le transparent est contenu dans une autre forme, la terre cubique de Platon : une lanterne dont la lumière agrandit l’échelle d’un spécimen particulier.  Un musée d’histoire naturelle, ces natures mortes projeté se sont rendues plates,  inversées et renversées par les objectifs. Les paraboles créées ici à partir des conjectures et conclusions erronées, nous amènent à un exemple extraordinaire de la vanitas.

*Constructing Space for the Awakening One de Sérgio Mah, catalogue Scenario – Francisco Tropa